8 persone nant'à u situ.

Ghjacumu Thiers


::L'astrolabe du CCU

Le 16 juin dernier Jacques Thiers a reçu l'Astrolabe d'or 2001, au Teatro Verdi de Pise. Cette distinction décernée annuellement par le Gruppo Internazionale di lettura et la Municipalité de Pise récompense des personnalités italiennes et étrangères pour leur action dans le domaine des arts des lettres et des sciences.

Ce prix intitulé " Ultimo Novecento, Pisa Duiemila nel mondo " est décerné au directeur du CCU dans la section de littérature comparée, en raison notamment de ses réalisations dans les échanges méditerranéens touchant à l'histoire, à la littérature et au théâtre.

Cette année, la cérémonie de remise des prix coïncidait avec la réouverture de la Tour de Pise aux visites du public. L'événement a été salué par de grandes festivités au centre desquelles se trouvait le comité technique et scientifique qui a œuvré depuis 1990 à la consolidation de la Tour. Son président, le professeur Jamiolkowski, fait partie des lauréats qui ont reçu l'Astrolabe d'or, en même temps donc que J.Thiers : l'économiste Riccardo Varaldo, le médiéviste Ottavio Banti, l'archéologue Daniela Stiaffini, le poète Vittorio Vettori et le directeur du Théâtre de Turin Claudio Desderi.


::Curriculum Vitae abrégé

Né à Bastia en 1945, résidant à Biguglia. Agrégé de l'université (lettres classiques), Jacques THIERS a enseigné les lettres classiques à Nice, Ajaccio et Bastia avant de rejoindre en 1983 l'Université de Corse où il occupe actuellement une chaire de langue et culture régionales avec le grade de Professeur des Universités. Il est docteur en linguistique habilité à diriger des recherches. et a occupé diverses fonctions administratives et pédagogiques dont la direction du Service d'Information et d'Orientation (SUIO) de l'Université de Corse et du DESS de Communication Appliquée à la Valorisation des Ressources Régionales.

Depuis 1994 il est aussi à la tête du Service Commun du Centre Culturel Universitaire (CCU) qui anime l'action culturelle sur le campus et dans les relations de l'Université de Corse avec les établissements d'enseignement supérieur sur le Continent et en Méditerranée : une vingtaine d'ateliers d'expression artistique et culturelle, un bulletin périodique d'informations culturelles (À l'asgiu), des publications (dont une revue littéraire en langue corse Bonanova), des conférences, des spectacles dramatiques et des concours internationaux de littérature sont les vecteurs de cette politique d'épanouissement et de dialogue culturel. Une quinzaine de bénévoles et quatre moniteurs-étudiants accompagnent des activités dont une bonne part assure la relation université-cité.

De 1995 à 1998 Jacques THIERS a été président du jury des concours de langue et de culture corse des lycées et collèges, le CAPES de langue corse. Il en préside aujourd'hui le concours réservé.

Un parcours d'enseignant et de chercheur donc, jalonné de recherches, de colloques, de publications scientifiques dans le domaine des lettres et des sciences du langage.

A ces responsabilités universitaires et administratives s'ajoutent des réalisations dans le domaine de l'expression culturelle, en langue corse en particulier. Co-auteur de méthodes d'apprentissage du corse (Stà à sente o Pè !, Dì tù), J.THIERS est l'un des militants culturels qui se reconnaissent dans l'appellation de " génération de 1970 ". Il écrit régulièrement en poésie depuis ces années-là ; il a signé les textes de nombreuses chansons dont les chanteurs et groupes corses ont fait des succès populaires, de E Duie Patrizie à Canta u Populu Corsu à I Muvrini et Surghjenti. Rédacteur de revues littéraires et en particulier Rigiru (1973-1981) et aujourd'hui Bonanova, il est aussi dialoguiste et auteur de théâtre. Il a dans les années 1970 dirigé la troupe de Scola Corsa et Scola Aperta. De 1979 à 1999, il a écrit et fait représenter L'Orcu, U Rè, Pandora, U Casale, U più hè per fà l'erre, I Strapazzi di Bazzicone et Tutti in Pontenovu , des comédies populaires qui, par le recours à l'ironie, jouent sur les différents niveaux de représentation de la réalité sociale, culturelle ou psychologique. Des collaborations diverses (U Trionfu di a puesia, Matria, Medea), des relations continues avec le théâtre de Sardaigne (depuis la traduction en corse du drame Petru Zara de L.Sole en 1980) ont débouché sur un travail pour une scène multilingue : Itaca ! Itaca ! sur le thème d'Ulysse écrit à trois : J .THIERS, L.SOLE (Sardaigne), F.SCALDATI (Sicile) et créé à Aiacciu en octobre 1997. Le cycle s'est poursuivi avec : Ciclope (septembre 1998) en collaboration avec L.SOLE et Lelio LECIS (Cagliari) ; Baruffe in Mariana (septembre 1999), écrit avec M.CINI (Pise), A Memoria di l'Acqua (octobre 2000), Cosa mi manca à mè, adaptation très libre de Troilus et Cressida de Shakespeare (janvier 2001), en collaboration avec la compagnie " Teatro Sardegna " de Cagliari.

Jacques THIERS est aussi président de la section corse de l'Instituto del Teatro del Mediterraneo (IITM, Madrid) qui poursuit des objectifs similaires.

Jacques THIERS est par ailleurs prosateur (romancier avec A Funtana d'Altea, Prix du Livre Corse 1990 publié depuis en français, italien et roumain et A Barca di a Madonna (traduit en français sous le titre de La Vierge à la barque)

 

Parmi les publications les plus importantes :


::Livres

· Papiers d'identité(s) (1989, éd.Albiana), un essai de sociolinguistique tiré de sa thèse (Université de Haute-Normandie, 1988) et qui analyse les mécanismes de l'identité des Corses;

· Les Potirons, l'inspecteur et le gecko (1994, éd.Albiana), un récit sur l'enseignement en Corse au XIXe, réalisé à partir de documents des Archives nationales ;

· Memorie (1996, éd.Piazzola), l'édition critique (tirée de sa thèse, Université de Provence, 1979) des mémoires de Francesco Ottaviano Renucci (1767-1842), un ouvrage essentiel pour la connaissance de l'histoire de Bastia et de sa région, mais aussi des relations de la Corse avec la péninsule italienne dans une période sensible ;

· Salvatore Viale et la Toscane littéraire (1996, BU-CCU) dont il a dirigé les articles et la publication et qui met en lumière le rôle de l'écrivain bastiais à la même époque.

· Les Itinéraires de Salvatore Viale, (1998, BU-CCU) dont il a co-dirigé les articles et la publication, ensemble d'études sur les rapports entre Corse et Toscane dans l'Europe du premier dix-neuvième siècle


::Articles

1993:
· "Language contact and corsican polynomia" in: Trends in Romance Linguistics and Philology, vol.5: Bilingualism and Linguistic Conflict in Romance (R.Posner et J.Green dir.), Mouton de Gruyter, Berlin-New York.

1995:
· "The theoretical implications of Polynomial Language" in European identities; Cultural diversity and integration in Europe since 1700 (Nils Arne Sorensen ed.), Odense University Press.

1997:
· "Français-corse", article n°145 in: Kontaktlinguistik/Contact Linguistics/Linguistique de contact, vol.2: Manuel international des recherches contemporaines (Hans Goebl, Peter H.Nelde, Zdenek Starý et Wolfang Wölck), Mouton de Gruyter, Berlin-New York.

1998:
· "Image(s) de Paoli et B(u)onaparte dans quelques témoignages contemporains (fin 18e début 19e)", in "La nascita di un mito : Pasquale Paoli tra '700 e '800" (M.Cini, dir.), actes du colloque de Viareggio, edizioni BFS , Pisa.