8 persone nant'à u situ.

 

C'est orange et vert avec deux feuilles: qui suis-je ?

Les Corses répondent sur 1700 ha et disent: ce sont les clémentines.

 

 

La clémentine a 102 ans: quel punch !

 

Nain parmi les géants, la Corse cherche à faire de sa clémentine un produit haut de gamme, labellisé, immédiatement reconnaissable avec ses feuilles qui couronnent le fruit.

Décrite pour la première fois en 1902, la clémentine est la fille du hasard et du père Clément. Le hasard, c'est l'hybridation naturelle entre un mandarinier et un oranger. Le père Clément, c'est un religieux, horticulteur en Algérie, qui dans sa collection remarque deux arbres dont les fruits sont plus colorés que la mandarine, plus doux et plus juteux. Fait remarquable, ils sont sans pépins, car ils se développent sans fécondation. Il multiplie ces arbres et la société d'horticulture d'Alger baptise la «Mandarine de frère Clément» du nom de clémentine. Un nouvel agrume nous est né! Il annoncera Noël dans les foyers européens.

 

Depuis 1970, le clémentinier s'impose dans tout l'ouest du bassin méditerranéen: Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne, Corse et sud de l'Italie. Entre fin septembre, début de la cueillette, et février, la clémentine domine le marché de l'agrume grâce à sa saveur, sa facilité d'épluchage, son absence de pépins et sa taille parfaite pour une «portion» individuelle.

En Corse, un premier verger est planté en 1925, suivi d'un deuxième juste avant la Seconde guerre mondiale. Puis la culture progresse lentement. Les clémentiniers s'installent entre mer et montagne.

En dessous de 2 mètres d'altitude, les sols sont défavorables à la croissance du clémentinier. Ils sont trop salés, hydromorphes, tourbeux et trop sableux. Au-dessus de 300 mètres, le climat est défavorable à la qualité du fruit. De même à une distance supérieure à 15 km de la mer, où les températures peuvent être trop basses. Ainsi, en colonisant la plaine côtière de Bastia, les agrumiculteurs corses réussissent à apporter à leurs clémentines toutes leurs richesses et caractéristiques: petite taille, goût acidulé et forte coloration. La cueillette à la main avec les feuilles et sans traitement chimique sur le fruit récolté oblige à une commercialisation très rapide des fruits cueillis, donc à une maturation poussée sur l'arbre. Ces feuilles, ça a l'air de rien, mais c'est la meilleure des garanties fraîcheur.

Certes, la production corse est minuscule par rapport aux productions espagnoles ou italiennes. Mais grâce à la reconnaissance IGP et à des cahiers des charges exigeants, elle se place tout en haut de la gamme des agrumes.

 

 

Claude QUARTIER

 

Texte et photo extraits de Agri

Hebdomadaire Professionnel

Agricole de la Suisse Romande